Pleine lune en Balance – 8 avril 2020

Bonjour à tous,

Ce qui me vient en tête ce matin m’a été inspiré par une phrase que j’ai écrite spontanément sur mon journal personnel dimanche : Il nous faut envisager « un total changement de vie ». Et cela sous-entend non seulement avancer les yeux fermés sans aucun repère connu mais aussi faire confiance. C’est ainsi que je sens l’éclairage de cette pleine lune d’avril 2020 avant même d’avoir regardé la carte du ciel.

J’ai eu beaucoup de contacts privés avec vous ces derniers temps et ceux-ci me faisaient écho de mes propres perceptions qui s’affinent au fur et à mesure que les jours passent. Le message de cette pleine lune est de trouver et garder une sérénité et un équilibre entre nous et l’extérieur. Mais aussi juste à l’intérieur de nous, entre notre besoin de tranquillité, de paix (et peut-être même de retrait en nous-même) et le désir spontané d’agir et de nous positionner face au monde extérieur.

Le contexte social :

En France, les mesures gouvernementales nous imposent ceci : Ne pas sortir de chez soi sauf nécessité  ou urgence, dans la limite de une heure de temps seulement,  muni chaque fois d’une attestation dérogatoire et d’une pièce d’identité et bientôt – comme c’est déjà le cas dans de grandes villes – avec l’obligation de porter un masque sur le visage.  Ce qui se révèle le plus dans le confinement obligatoire c’est non seulement notre capacité à nous adapter au changement imposé (soit sans nous rebeller soit  au contraire justement en réveillant en nous de la rébellion) mais, au-delà de ça et profondément, une fois passée la peur de mourir du virus, ce qui peut nous déranger dans la situation c’est de faire face aux limitations et au vide en soi.

Rester enfermés que ce soit seul ou enfermés en tête-à-tête avec une compagne ou un compagnon ou avec les membres de notre famille, ce ne sont pas forcément comme pendant les vacances des moments de retrouvailles distrayantes. Sauf à savoir re-créer un autre quotidien. Le vide que nous rencontrons alors en nous-même et surtout si nous sommes isolés peut être très confrontant et donc potentiellement évolutif et révélateur de ce qui était jusque là caché à nos yeux.

Les vacances de Pâques ont déclenché un mouvement intense de déplacement des familles qui se sont précipitées vers leurs résidences secondaires en dépit des mesures de confinement. Bien sûr, nous pouvons comprendre que rester enfermés dans les villes surtout avec des enfants n’est pas forcément facile. Mais nous pouvons aussi accepter la peur ou la colère que suscitent de tels mouvements de vacanciers dans leurs lieux de résidence secondaire. Non pas pour les commerçants qui peuvent s’en réjouir mais pour les gens qui y vivent et dont la peur de la contamination est renouvelée,. Beaucoup de personnes sont concernées et beaucoup de régions aussi, les infrastructures médicales ne sont pas prévues pour accueillir tant de « malades potentiels ». Tout cela repose sur la crainte bien entendu et non pas sur la conscience ouverte que le virus atteindra de toutes façons  un grand nombre de personnes dont certaines mourront et d’autres, bien plus nombreuses, sortiront guéries et immunisées. Je ne vous apprends rien, n’est ce pas ? Mais c’est un regard sur le temps présent…

Fabienne écrivait hier un commentaire que je trouve très enrichissant pour éclairer ce qui se passe : « Je culpabilise un peu de ne pas pouvoir participer parfois à tout ce qu’on me propose, j’ai l’impression de « rater » mon confinement et de ne pas en profiter pour grandir et changer mes habitudes mais franchement c’est difficile ».

Merci à vous, Fabienne, car j’adhère à ce que vous décrivez très bien et c’est l’occasion de développer ici ce qui se produit pour beaucoup d’entre nous. Pas forcément la culpabilité qui cependant est très présente car nous nous sentons sollicités pour « faire » des choses en plus alors que nous avons des journées déjà bien assez remplies, ou bien nous avons envie justement de profiter de cette occasion unique, spéciale, pour nous reposer ou pour recréer différemment notre emploi du temps.

Quel que soit notre cas, il est toujours question de nous POSITIONNER après nous être écoutés, il est AUSSI question de rester en paix avec nous-même face à un monde qui s’agite et augmente la communication. Même si nous sommes très occupés et avons encore une vie sociale et active, nous ne pouvons pas nous soustraire à cent pour cent de l’ambiance collective et du chaos qu’engendrent la pandémie et ses répercussions économiques, politiques, psychologiques…

C’est pourquoi la culpabilité de résister au flux des sollicitations diverses peut en effet doucement s’insinuer dans notre for intérieur et devenir forte, ce qui pose la question essentielle de notre habituelle et inconsciente « surcoopération » avec notre environnement et notre entourage.

C’est vrai que la pandémie et le confinement ont augmenté les invitations à nous relier les uns aux autres et peut-être est-ce à nous de savoir jusqu’à quel point nous avons envie de ça, de nous relier de façon extravertie aux autres plutôt que dans le retrait et le silence de notre cœur, et il est vraiment temps de conserver ce que représente pour nous la valeur « paix » et de créer cela avec une juste mesure (Pleine lune en Balance).

Il est vrai aussi que, dans certains cas, les autres nous demandent plus, beaucoup plus s’ils sont déstabilisés et ont besoin de notre approbation surtout s’ils croient que nous sommes tenus par notre amitié de répondre pour eux ou de faire comme eux. Voilà bien pourquoi il nous est demandé encore davantage de DISCERNEMENT pour savoir si nous sommes attirés ou pas vers une activité ou une adhésion à un nouveau groupe de travail, peu importe lequel, amicale, participatif, psychologique ou à une  nouvelle technique de méditation, de réflexion sur nous, ou répondre à plus de demandes de rendez-vous que nous ne pouvons ne gérer, etc.

Il y a des pièges cachés où notre ego peut trébucher dans ce moment particulier (comme toujours dès que le désordre s’installe)  et nous devons être vigilants à tous points de vue.  D’habitude cela n’entraînait pas forcément de prise de conscience si nous nous laissions « avoir » et/ ou tenter par une activité en plus du reste, si nous donnions plus de temps encore aux autres, ou bien si nous achetions « encore » un livre de développement personnel (même si nous ne le lisions pas) ou encore si nous connaissions des périodes de stress plus importantes liées à notre engagement. « D’habitude » et « avant » cela passait sans que nous y prenions garde. Mais maintenant cela ne marche plus et la situation le révèle. C’est une question que nous devons nous poser comme je l’ai dit au début de l’année : « En ai-je vraiment BESOIN ? « 

Car cette question liée à l’économie de notre énergie, de notre argent, de notre temps, est en rapport direct avec la gestion de l’économie et de la politique mondiale : gaspillage, pertes et profits, prises de pouvoir, etc.

Il s’agit donc bien de PRENDRE NOTRE SEULE RESPONSABILITÉ et la pleine lune nous invite à regarder de plus près un aspect de nous potentiellement déjà présent bien avant le confinement. L’expérience majeure de l’énergie de la Balance dans notre thème est de trouver l’équilibre entre nos désirs et notre façon d’établir des arrangements avec les autres. Nous sommes parfois plus ou moins dans la dépendance à l’autre, à son avis, à son choix, à ce qu’il dit, à ce qu’il nous demande, à ce qu’il attend de nous…

Notre responsabilité s’arrête à nous, à ce que nous devons faire pour nous et en nous. Nous ne pouvons – et ne devons en aucun cas – assumer ce que nos décisions provoquent chez l’autre même si nous désirons créer de la paix entre l’autre et nous. L’autre est responsable de ce qu’il ressent et de ce qu’il crée dans la relation qu’il a acceptée de nouer avec nous. C’est pourquoi il n’y a pas de place pour une quelconque culpabilité. Mais ce peut être l’occasion d’aller voir en soi ce qui fait que celle-ci est si prompte à se manifester lorsque nous ne nous alignons pas sur la volonté des autres ! Une telle attitude relève de l’incapacité (engendrée par une blessure) à s’affirmer de façon autonome et donc nous parle de quelque chose qui est resté caché et qui demande à guérir, quelque chose encore coincé dans l’histoire de notre petite enfance.

Comprenons et accueillons avec bienveillance le leurre qui consiste à tenter de créer la paix à l’extérieur pour préserver nos relations et qui est sous tendu par la peur inconsciente de décevoir cet « autre » si précieux, et selon ce que notre conditionnement mental raconte pour entretenir notre peur, nous attribuons à cet autre le pouvoir de nous rejeter, s’éloigner et ne plus nous solliciter ou pire encore, ne plus aimer. Eh bien, bonne nouvelle, c’est le plus souvent une croyance qui se dément totalement par l’expérience  de nous exprimer, dans la bienveillance, d’affirmer nos points de vue et exposer nos propres désirs sans prendre l’emprise sur l’autre et sans lui faire de reproche évidemment ! Telle est la première leçon de la pleine lune en Balance : le compromis n’est pas nous compromettre soi-même dans des arrangements dévalorisants pour nous mais c’est trouver un juste milieu.

Chiron en Bélier nous oblige justement à agir et à choisir (carré à l’axe d’évolution collectif) : Cet astéroïde nous donne l’occasion d’amorcer ou de poursuivre le processus de guérison de notre difficulté initiale à nous affirmer de façon différente de la masse.

Mon point de vue actuel, éclairé par cette pleine lune dans l’axe bélier balance, est que l’adversité peut être source de richesse, elle comporte beaucoup d’opportunités de révélations. Tandis que rester dans l’attitude d’éternel médiateur empêche chacun de se montrer tel qu’il est réellement avec ses différences et d’exprimer ses désirs singuliers qui pourraient être des exemples ou donner lieu à des initiatives pour nous-même ou pour ouvrir aux autres un chemin non encore connu d’eux.

Les tensions :

Saturne et Mars en Verseau : C’est faire cohabiter à la fois une accélération et des limitations ! Le défi est aussi de concilier une persévérance et stabilité profondes avec les hauts et bas des situations qui se présentent à nous. Tout un art…

Saturne est la planète qui nous demande des efforts afin de nous structurer, de prendre notre responsabilité et d’être dans l’intégrité physique et morale, elle nous offre notre contenant temporel, nous apporte la sagesse, à condition d’adhérer à ses énergies demandant du temps et de la patience autant que de la discipline et de la persévérance. Il s’agit donc aussi des limites que nous savons donner aux autres et définir pour nous-même. Saturne entré en Verseau cette année le 23 mars 2020  (notez les dates si vous voulez) et y restera jusqu’au 3 juillet. Ce passage est très intéressant pour prêter attention à ce qui arrive et parle du changement qui s’installe pour le futur. J’ai moi-même, dans mon journal intime, commencé à noter mes observations d’événements étonnants ou inattendus qui arrivent dans ma vie privée et qui me permettent de présumer de mon avenir et de l’avenir collectif (pour notre plus grand bien certainement mais aussi en réveillant parfois nos plus grandes insécurités).

En effet Saturne en Verseau confère à l’ambiance une certaine froideur (celle de l’air) et une fixité (celle du Verseau) qui peuvent refroidir l’atmosphère de nos relations, nous pourrions avoir moins de facilité à exprimer nos sentiments ou moins besoin de le faire car plus de détachement émotionnel est permis pendant ce passage. Sur le plan intellectuel et social, il nous invite à redéfinir notre sens de la liberté ; l’association de Saturne à ce signe n’est pas des plus légères, et pourtant Saturne qui s’appuie plutôt sur le passé, permettra en Verseau de persévérer si nous avons de la suite dans les idées, surtout si nous avons des aspirations pour l’Humain, et ce transit dont nous avons déjà un bref aperçu pourra agiter les consciences avec une rigueur exigeante et un fort sens de nos responsabilités collectives. En Juillet Saturne reviendra en Capricorne, un moment pour vérifier où nous en sommes face à ce que nous prenons encore en charge, qui ne nous appartient pas, et à ce dont nous tenons les autres responsables au lieu de l’assumer à notre niveau et de nous en occuper.

Mi décembre 2020 Saturne quittera définitivement le Capricorne et s’installera pour de bon dans le Verseau pour deux ans environ structurant alors  nos vies personnelles et la vie collective et sociale avec l’énergie de l’ère du Verseau : renouveau et libération mais avec des limites strictes. Il nous faut rester réalistes et pourtant entreprendre des démarches pour un progrès.

En Verseau, entré dans ce signe depuis Mars peut être très dynamique et nous confronter à notre désir individuel  d’indépendance, sous une forme parfois imprévisible et précipitée et nous pouvons avoir envie de ne pas nous engager dans des voies nouvelles sans prudence afin de nous libérer de situations routinières et peut-être pesantes. L’impulsivité de Mars lorsqu’il traverse le Verseau est plutôt originale et pousse à sortir des sentiers battus, nous pouvons être amenés à affirmer notre génie inventif, et par exemple, dans nos relations avoir envie d’explorer de nouveaux comportements, de nouvelles libertés d’être, la liberté que nous accordons facilement aux autres, nous la revendiquons aussi pour nous dans tous les domaines où nous avons à nous engager et à prendre position. Mais attention à Saturne qui demande des efforts de retenue et de vigilance, de poser des limites et de ne pas créer d’incidents ou d’accidents de parcours.  Ces désirs d’indépendance, d’improvisation, d’originalité et de surprises peuvent nous amener à la fois à vivre un peu de déstabilisation et des surprises mais exigent de toute façon un nouveau positionnement par rapport au passé et à l’ancien.

Le moment nous confronte donc à une remise en question parfois lourde et angoissante  qui doit être assumée et acceptée. Nous avons bien sûr toujours le choix d’y résister mais comprenons bien que dès 2021 les résultats (rétributions ou conséquences) seront visibles si nous faisons preuve de sérieux et d’adaptabilité mais le moment est venu de s’y engager.  (Saturne et Mars au carré de Uranus)

Enfin Neptune en Poissons génère actuellement un grand flou sur notre perception des choix notamment relationnels,  en créant des imaginations ou des rêves et des idéaux, pas forcément en rapport avec une quelconque réalité ce qui induit  des possibilités  d’erreur de jugement (que nous avons déjà connues et que nous réitérons) par exemple en nous embarquant dans des situations qui nous apporteront ultérieurement une déception ou une cuisante désillusion. Là encore il y a une solution, c’est d’écouter notre ressenti. Le test peut être celui de notre capacité d’acceptation de la chose vécue à la fois comme un idéal merveilleux et avec un  aspect sombre et totalement surréaliste. La confusion est totalement incompatible avec la paix intérieure puisque, dans la fusion ou la confusion, nous ne posons pas de bases dans notre réalité de tous les jours.

Bien vécu cet aspect de tension permet cependant de composer harmonieusement entre ce nous relie à nos plus hautes vibrations et la paix que nous aspirons à installer en nous.

La solution unique est le centrage, l’ancrage dans ce qui est et sans trop se raconter des choses sur ce qui « pourrait être » dans un mode « lunettes roses » autant que sous l’aspect des « terreurs » redoutées donc générées par l’incertitude que confère la situation. L’instant présent, l’ancrage dans celui-ci et pas au-delà, tel est le secret une fois de plus…

Ce qui m’aide toujours c’est de rejoindre Louise Gervais et Sabine pour célébrer l’éveil de l’âme sur YouTube (ADN Nouveau Paradigme). tous les mardis soirs de 18h à 19h, heure de Paris, (GMT +2) . Et quand je me sens un peu chahutée, de me reconnecter grâce aux mots de cette prière.

Je vous récris donc ces mots si vibrants, illustrés par la peinture de Nelly, que je trouve très belle et qui pourra résonner de façon unique dans le cœur de chacun.

Soul awakening. Heart opening. Light shining. Love flowing. Wounds disolving. Peace radiating.

L’âme s’éveille, le cœur s’ouvre, la lumière brille, l’amour afflue, les blessures se dissolvent, la paix irradie.

En contemplant la toile de Nelly, j’entends dans ma tête le violoncelle de Hauser jouer « Love Story ». Une musique un peu triste peut-être mais tellement enveloppante, tel l’état d’être que je ressens en cet instant et qui m’appelle à l’élévation tout autant qu’à l’envie intense de vivre.

Belles prises de conscience à tous et profitons du printemps pour faire de la place au renouveau !

Michka

Pour rester informé(e)

Si le contenu de ce blog vous plaît et que vous souhaitez être tenu au courant des nouvelles publications, vous pouvez choisir de recevoir la notification de nouvel article.
De temps à autre, il peut arriver qu'une information soit envoyée par newsletter au lieu d'être publiée sur le site, notamment en cas de dysfonctionnement de celui-ci. Les newsletters sont peu fréquentes (deux à trois par an).

Assurez-vous de ne pas faire d'erreur en entrant votre adresse mail.
Vous devrez impérativement confirmer votre adresse en cliquant sur le lien contenu dans le mail que vous allez recevoir. Si vous ne l'avez pas reçu dans la journée qui suit, vérifiez dans vos courriers indésirables.

Veuillez noter que, en l'absence de confirmation de votre part, aucun mail ne vous sera envoyé et votre adresse sera supprimée de notre base de données dans le mois qui suit au plus tard.

11 réflexions sur « Pleine lune en Balance – 8 avril 2020 »

  1. Merci Michka pour la justesse et la subtilité de vos propos.
    En tant que cancer asc cancer lune mercure cancer je m’habitue à « la froideur » de saturne et je dois dire que cela m’est utile pour couper des liens émotionnels fictifs !

    A bientôt

    Anna

  2. Heureuse de vous retrouver sur les ondes d’ADN avec Louise Gervais et Sabine! Vous êtes toutes les trois dans ces vibrations d’Amour et de Lumière chères à mon coeur et qui me soutiennent sur mon chemin d’évolution. Merci de tout coeur pour votre contribution au Bien de tous!
    Eliane

  3. Je me suis réveillée et j’ai regardé l’heure…4h44
    J’ai ressenti l’énergie de la pleine lune, j’ai médité…. et ensuite j’ai lu, bu, aimé vos paroles qui sont parfois difficile à gérer, assumer mais tellement vraies.
    Qui parle à mon âme.
    Merci Michka pour votre grand soutien et aide dans mon chemin d’évolution.
    vous êtes un ange sur ma route

  4. Coucou Michka
    J’ai lu le billet hier soir ;
    j’ai eu envie d’écrire puis me suis ravisée… pourquoi ? parce que je crois que j’aurais ecrit quelque chose comme… merci pour ce message eclairant ; je me sens triste, calme, bizarre bizarre…
    puis j écoute le replay de Louise Gervais et Sabine, pour la première fois.
    J ai trouvé ce qui m’a fait du bien, c’est doux, beau, simple… je me sentais chez moi avec vous ! Merci Michka d’en avoir parlé.
    Je vous embrasse chacun.e tendrement.

  5. Bonjour Michka, et Merci pour votre analyse et votre vision des choses…
    Voila au moins un an que je suis vos
    publications, et bien que n’ayant jamais envoyé aucun commentaire, je tenais à vous dire a quel point vous avez su faire de cet instant d' »information astrologique » un moment de partage, d’intimité et de sagesse…Merci beaucoup d’incarner à mes yeux ce qu’ est pour moi la transmission d’un savoir, d’une experience vecue, d’un guide en somme, àtravers vos textes. Vous m’inspirez car vous etes vraiment incarnee dans votre activité.
    Merci d’y mettre aussi votre sensibilité artistique.
    Je comprend mieux l’astrologie depuis que je vous lis.Je comprend mieux ce que je vis.
    Je vous souhaite beaucoup de bonheur encore a venir et de santé!
    A bientot donc!
    Bien amicalement..
    Catherine.☺

  6. Chère Michka, tu nous montres la Lune … et ce n’est pas ton doigt que je-moi Petite Fille Intérieure- regarde, c’est bien la Lune.
    Merci Michka pour ton analyse, elle efface quelques traces légères de culpabilité qui ont traîné encore ces derniers temps lorsque je n’ai pas suivi le chemin de l’autre.
    Oui, vraiment, je quitte clairement depuis Janvier mon rôle de « sauveur » de l’autre, si étroitement lié à l’obéissance de moi petite fille à ma Lune natale –mère en Balance.
    Merci de relever qu’il n’y a pas -je dis mieux encore : IL N’Y A PLUS- de place pour une quelconque culpabilité. En ma Balance, en ma maison X, mon petit guerrier Mars aidé de la fougue de Jupiter quitte les envies de sauver les autres, pour une pseudo harmonie où je perdais mon propre équilibre jusqu’à rencontrer en janvier… une fracture du tibia !!!
    Cela va faire trois mois de retraite qui m’ont été offerts pour que j’entende la voix de ma Petite Fille Intérieure, la Sage … et que je dépasser les peurs qui l’empêchaient de vibrer à sa JUSTE PLACE ….
    Merci ! Merci ! Merci !

  7. un grand merci Michka pour vos éclairages sur cette période tumultueuse …
    l’ancrage et la méditation en nature ….. c’est vraiment ce qui m’aide en ce moment, le chant des oiseaux, le vol des papillons…
    et vos ressentis fond écho au mien …
    belle journée <3
    et encore merci pour vos partages c'est vraiment généreux de votre part ;-)) <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.