« Refuser le pardon est comme embrasser le cancer »

Illustration de Renaud Cherel- site http://arcorec.blogspot.fr/

Illustration de Renaud Cherel- site http://arcorec.blogspot.fr/

 

Chers amis,

Voici  un nouveau texte publié dimanche par John Smallman, canalisant Saul,  et qui nous parle de l’importance du pardon et du non jugement. Une petite dose de rappel en somme… pour notre plus grand bien, car pardonner à l’autre c’est nous alléger, nous ouvrir, faire entrer l’Amour et la joie dans toute notre vie. Bonne lecture à tous!

Michka

 

 » Dans les royaumes spirituels bien des choses ont été révélées alors que les nouvelles énergies enveloppant la Terre  se sont renforcées et intensifiées pour aider à l’éveil imminent de l’humanité. Oui, c’est imminent! On vous a beaucoup promis et le moment de la distribution se rapproche rapidement. Néanmoins, il y a beaucoup à faire pour achever les préparatifs indispensables avant l’arrivée de cet événement divin et attendu depuis longtemps, et chacun de vous a un rôle important à jouer. En grande partie c’est de vous libérer du jugement et d’embrasser le pardon, d’autant plus que votre prise de conscience de la mauvaise conduite et de la trahison, perpétrées par ceux en qui vous aviez confiance, augmente dans la même proportion que le nombre des dénonciateurs divulguant des informations, cachées jusque là, sur la duperie et la corruption en haut lieu et l’abus de leurs positions par ceux qui les détiennent.

Ce qui a été fait, dans de nombreux cas, est tout à fait inadmissible, mais vous êtes tous des êtres divins, créés dans l’Amour à partir de l’Amour, et vous avez tous choisi d’expérimenter la séparation de votre état divin. Le résultat a été une grande souffrance. Il n’y a aucune personne incarnée sur Terre en ce moment dans votre évolution qui, comme Jésus nous dit dans la Bible, « soit sans péché», et donc personne n’est capable de faire une appréciation honnête, impartiale et juste du comportement d’une quelconque autre personne. Le jugement devrait être laissé à Dieu parce qu’Il juge tous comme étant sans péché et ne voit que leur perfection divine.

Le pardon inconditionnel est la voie essentielle vers l’éveil, ainsi que la maîtrise paisible et le contrôle de ceux qui voudraient continuer, à moins d’être endigués, à abuser les autres. L’Amour, le champ- Source où la création se produit, accepte tous, indépendamment de leurs péchés et,  ce faisant,  Il dissout la colère et le ressentiment qui poussent les gens à pécher.

Le” péché » se produit lorsque quelqu’un se sent mal aimé, pas accepté, à l’abandon, méprisé, pas à la hauteur, indigne, humilié ou rejeté. C’est un appel désespéré pour attirer l’attention,  une attention aimante, appel  qui a été ignoré ou rejeté. Tout le monde a vécu cela, à un moment ou un autre,  et tout le monde sait quel merveilleux sentiment de joie et de consolation est vécu lorsque l’acceptation inconditionnelle remplace ces conditions de manque d’amour et  d’incitation à la peur. Donc, tous savent, au plus profond d’eux-mêmes, qu’à moins d’accepter de  tout cœur le pardon et de l’offrir inconditionnellement à tous ceux par qui ils croient avoir été, d’une certaine façon, été offensés ou maltraités,  ils continueront à être dévorés ou rongés par l’amertume, le ressentiment et la colère.

C’est un cercle vicieux parce que ceux qui s’accrochent à l’amertume, au ressentiment et à la colère résistent à l’Amour, en croyant fréquemment qu’ils ne sont pas aimables, et ensuite  se sentent souvent conduits à se comporter comme ceux qu’ils trouvaient eux-mêmes incapables de pardonner. Refuser le pardon est comme embrasser le cancer car il ronge son hôte, empêchant les expériences de bonheur, de joie ou de satisfaction, et leur remplacement par un sentiment amer mais de satisfaction déplacée  juste dans le refus de pardonner. Vous avez une expression « Ce que vous faites par méchanceté finit en réalité par vous nuire» , ce qui est tout à fait approprié ici.  (NdT: Je propose cette traduction car l’expression est, littéralement: « Vous vous mordez le nez pour endommager votre visage »)

Pour devenir paisible, vivre dans la paix, il est essentiel de pardonner, librement et sans condition. Beaucoup pensent que c’est impossible parce qu’ils ont été si maltraités, ont souffert si durement, et croient que la paix et le contentement ne sont possibles pour eux que s’ils obtiennent réparation et savent que leur agresseur a été dûment puni. Mais ça ne marche pas. Quand la justice a été faite la douleur reste et l’amertume que la violence a suscitée continue de croître. Quand l’amertume est encouragée et considérée comme un droit et un privilège sur lequel la victime peut contenir alors aucune réparation n’est jamais assez. La plainte « personne ne peut me redonner ce qui m’a été enlevé » est tout à fait vraie. Mais se focaliser sur cette violation de la souveraineté personnelle au lieu de s’en libérer, veut dire que la vie passe par les victimes en gardant la mémoire de leur violation comme de leur possession la plus précieuse.

Pardonner permet à une personne d’avancer, de renouer avec la vie et de trouver consolation et confort là où on se serait  peut-être le moins attendu à les trouver, à savoir, dans la libération de la charge extrêmement lourde qu’implique ne pas pardonner. En pardonnant vous relâchez cette charge émotionnelle insupportable qui ne peut d’aucune autre manière être libérée. Les groupes d’entraide ne font souvent qu’aggraver le fardeau en encourageant d’excessives quantités  d’introspection et de discussion, ce qui peut renforcer le sentiment d’être lésé lieu d’alléger, comme c’est leur objectif,  la charge que vous transportez. En pardonnant vous ouvrez vos cœurs pour recevoir l’abondance de l’Amour qui vous enveloppe constamment, et qui attend votre acceptation. La légèreté que vous éprouverez comme conséquence d’avoir vraiment pardonné à quelqu’un qui vous a blessé, va vous étonner.

Le pardon est un grand guérisseur et l’humanité a besoin de guérir. Embrassez le et jouissez  de la paix, de la satisfaction et du contentement – sans parler du soulagement – que cela permet et fournit.

Avec tellement d’amour, Saul. »

– Page d’origine: « To withhold forgiveness is like embracing cancer » – Lien audio: 2013-04-21-Saul-audio-blog-pour-dimanche-avril-21st.mp3